Lundi 13 février 2012 1 13 /02 /Fév /2012 07:00

Buzzword-Babel-Bruegel.pngNe confondons pas les mots « fourre-tout » avec les buzzwords bien que leur utilisation soit parfois la même. Un buzzword mais késako ?

« a word or phrase, often sounding authoritative or technical»

« mot ou expression qui donne souvent une impression d'autorité ou de technicité »

Comme beaucoup d’entre nous j’en suis aussi victime et à force de les entendre nous les utilisons parfois sans y prendre garde, notre vigilance étant alors prise en défaut.

J’aime observer l’usage de ces mots comme de ces expressions qui apparaissent et passent d’esprit en esprit, ou plutôt de tête en tête, pendant un temps plus ou moins long. Phénomène de mode, d’identification à un groupe, à une tendance, qui renvoie au groupe.

Lorsque nous ne les utilisons pas nous sommes forcément décalés et absolument pas « up to date ». Il en va de ces expressions et de ces mots comme des idées toutes faites, le prêt-à-penser, le prémâché qui donne un sentiment d’efficacité. Vous en connaissez !

Il y a le désormais fameux : « je reviens vers vous », aussi le « en même temps » qui fait à présent office de ponctuation. Et la trop courante « propal » qui parfois nous a été « forwardée ». Et les approches pseudo intellectuelles de type : « avec ces éléments complémentaires, en même temps, ça donne du corps à ton power » «  en même temps tu peux pas y ajouter trop de slides ».

Quelques anglais qui font toujours effet, « c’est si chic », « so smart » : best practices, b2b, business model, datawarehousing, empowerment, outgoing.

Ah oui!  j’oubliais:  stand up, storytelling, input, meeting, net meeting, et tant d’autres..

Trois ou quatre français : prospective territoriale, biodiversité, interactivité, synergie…

Et puis si tu le veux tout de suite autant écrire « ASAP ».

Je n’ai pas encore lu ni entendu, « en même temps, je reviens vers vous ASAP ».

Ma préférée: la “cafét’ lounge”, et puis elle n’est pas trop dangereuse. Encore que !

Mais à quoi ça sert ? Exemple :

Un contôleur, l’agent 3, demande des explications à Jérôme Kerviel  et obtient la réponse suivante : «ça matérialise des give up de futs faits tardivement, je dois de l’argent à la contrepartie. On va le rebooker asap.».  Tout comme moi, peut-être  n’y comprenez-vous rien. C’est normal !

Le contrôleur désigné comme l’agent 3 a avoué n’avoir pas compris l’explication note les inspecteurs de la Société Générale (ou SocGen).

Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’elle est donc cette langue ? Est-ce du sabir, de l’espéranto, du « friclanguage » ? 

« ça matérialise des give up de futs faits tardivement, je dois de l’argent à la contrepartie. On va le rebooker asap.».

C’est du « charabibuzzpower » : « Les traders jouent souvent du sentiment de supériorité qu'ils éprouvent pour répondre en jargon aux contrôleurs. Et ces derniers n'osent souvent pas avouer qu'ils n'y comprennent rien ».

Buzzword ou franglish du bizzness = « a word or phrase, often sounding authoritative or technical», « mot ou expression qui donne souvent une impression d'autorité ou de technicité ».

Jargon, charabia ou Franglish du bizness et autres buzzwords, la nouvelle tour de Babel !

Tout cela associé à la représentation constante de « la comédie du bonheur » et masquant une violence extrême dans les relations et le management. Des faux-semblants, des faux-fuyants, du paraître à peu de frais, un usage des buzzword sans attention et parfois sans conscience, simple mécanique de reproduction. Les consultants et autres métiers « de la communication » en sont friands, en usent et en abusent. D’où l’importance d’être vigilant et de vérifier si nos lexiques n’en contiennent pas de trop et y compris certains qui se seraient glissés subrepticement dans nos expressions courantes.

Buzzword quand tu nous tiens, il est difficile d’échapper à ton emprise!

Ce qui pourrait être le plus drôle c’est que nous pensons, pour la plupart, être des individus conscients de nos pensées et libres de nos choix comme de nos comportements. Et bien pas tout à fait! Observez l’émergence, puis l'expansion et enfin l’utilisation courante et constante, presque hypnotique, parfois de ces buzzwords en franglish ou mots « fourre-tout » en charabia.

Peut-être que de retrouver de la simplicité nous ferait du bien. Mais certains contestent cette recherche de simplicité, l’indexant comme une sorte de facilité, un piège, une naïveté. Remarquons effectivement que d’annoncer d’emblée un sujet comme complexe permet de convoquer des compétences supposées comme exceptionnelles ou une intelligence et un esprit très élevé tout en faisant valoir une belle humilité pour pouvoir dénouer la difficulté qui sera souvent d’ailleurs qualifiée de « problématique » (autre buzzword). Cet appel à la non-simplicité puisque les choses sont nécessairement complexes pouvant se réaliser en étant dupe de soi-même, c’est-à-dire en le pensant vraiment.

De ces expressions, vous pourrez en découvrir d’autres dans « Le charabia du bizness » et  « Le Franglish du bizness », deux livres que j’avais envie de vous présenter.

Le Charabia du Bizness

le-charabia-du-buziness.jpgCoaching, chronophage, empathie, feuille de route, paradigme, gagnant-gagnant, résilience... On n'y comprend plus rien à tout ce charabia de l'entreprise ! Mais avec une bonne dose d'humour et un zeste de subversion, on finit par tout comprendre ! C'est ce que nous proposent Chimulus et Guillaume, l'illustrateur et le cadre supérieur, qui posent un regard décapant sur les travers du langage en entreprise. À la machine à café ou sur le bureau du directeur, voilà un livre qu'on se délecte à feuilleter sans modération.

Sur le site de l’éditeur

Premier ouvrage de la collection « Parlez-vous Entreprise ? », Le Charabia du Bizness explique par l’illustration et par la définition tous ces termes pompeux qu'on finit par ne plus comprendre tant ils sont dans l'entreprise galvaudés, banalisés, transposés, détournés et finalement, vulgarisés.

Feuille de route, Blackberry, coaching, développement personnel, droit à l’erreur, empathie, gagnant-gagnant, livrable, N+1, parties prenantes, matrice, râteau, résilience, RTT, téléconseiller, paradigme, parachute doré, figurent parmi les définitions et les illustrations qu’on retrouve dans l’ouvrage et qui font partie du langage commun de l’entreprise.

Avec humour et subversion, les auteurs s’attachent à divertir le lecteur pour mieux l’extraire de son quotidien. Si le bureau c’est aussi la vie, la vie de bureau est tellement ironique que cela vaut bien quelques pages pour en rire !

Les auteurs :

Chimulus est dessinateur de presse depuis 40 ans et a notamment collaboré avec le JDD, ELLE, Paris Match, Le Méridional, Marianne, L'Express, Canal + , La Tribune et Rue89. Clément Guillaume est cadre supérieur dans un groupe international et enseigne la gestion et les ressources humaines à l'université

Le Franglish du bizness

Franglish.jpgAprès le Charabia du bizness, Chimulus et Guillaume passent en revue le franglish qui fleurit dans les business units. A travers ces expressions, les auteurs mettent en relief, avec humour et cruauté, les pathologies des bigs organizations. Un livre indispensable pour ramener à leurs justes proportions les injonctions qui embouteillent nos to do lists. Sur le site de l'éditeur

Vous pouvez lire aussi:

Pour changer, parlons un peu de cette crise.

Quel travail voulons-nous ? L’enquête de Radio France.

Les décisions absurdes : Sociologie des erreurs radicales et persistantes

 

Par Yves Thomas - Publié dans : Société - Communauté : Management 2.0
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Rejoignez

Le Management Proactif

  Pour une évolution conjointe des compétences et de la performance,
Pro Action C* s’engage avec vous dans des solutions simples,
pragmatiques et toujours adaptées à votre entreprise.
  

Sciences sociales - Psychologie - Philosophie

Socrate pour les entreprises

Socrate 

"Socrate - Un philosophe au secours de l'entreprise"

Damien Goy

Maxima

S'abonner

  • Flux RSS des articles

Paperblog

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés